Le débosselage sans peinture (DSP) est-il pour vous ?

Le débosselage sans peinture (DSP) est-il pour vous ?

  • La technique de débosselage sans peinture, appelée DSP par nos cousins français, est loin d’être nouvelle, même si elle demeure relativement peu connue. Selon les sources, elle serait apparue il y a une quarantaine d’années chez Fiat ou chez General Motors, où l’on réparait rapidement des véhicules sortant de la chaîne de montage avec quelques imperfections.
  • Aujourd’hui, la chose est si courante qu’il est fort possible que votre auto, achetée neuve, ait déjà fait l’objet de ce traitement avant même que vous en preniez possession !
  • « Environ 5% des véhicules que je répare appartiennent à des particuliers. Le reste, ce sont presque tous des concessionnaires. Les bris surviennent lors du transport ou dans la cour même des marchands. Les gens n’arrêtent pas de taper les portes! », précise Marco Lafrenière.
  • Celui-ci utilise la technique du débosselage sans peinture depuis 2000, au sein d’Urgence Bosse inc., de Laval, et n’emploie pas les méthodes conventionnelles de peinture, de masquage et de remplacement de pièces.

La tige magique

  • Le spécialiste – et il s’agit réellement d’une spécialité à constater la dextérité nécessaire – masse l’arrière de la tôle à réparer pour la repousser en position. En se servant de longues tiges d’acier, de marteaux, de poinçons et d’outils de succion, il replace délicatement la carrosserie dans sa position d’origine.
  • Le tôlier pénètre les panneaux à réparer en se servant des ouvertures déjà faites dans le bas des portières. Ou il en perce de nouvelles, invisibles de l’extérieur, qu’il rebouche avec de petits bouchons de plastique, comme on le fait lors de traitements contre la corrosion.

Avantages

  • Contrairement à une réparation de carrosserie conventionnelle, où l’on doit immobiliser le véhicule durant des jours pour remplacer des pièces, masquer, sabler et peindre une partie du véhicule, la technique sans peinture s’effectue souvent en quelques heures. Écologique, elle ne nécessite aucun solvant, aucune peinture, aucun mastic et aucun vernis additionnels.
  • Le DSP évite souvent d’avoir recours à un véhicule de location, puisque la réparation a parfois lieu au domicile de la personne ou à son travail. Enfin, puisque la peinture d’origine n’est pas remplacée, la réparation est souvent impossible à repérer, ce qui permet de conserver au véhicule sa pleine valeur, ainsi que l’uniformité de sa couleur.
  • Sans oublier que le coût de l’opération atteint une fraction de ce qu’il en coûterait habituellement.

Limites

  • Mais le débosselage sans peinture n’est évidemment pas pour toutes les réparations. Il ne faut pas que la peinture ait éclatée sous l’impact, que celui-ci ne se trouve à l’extrémité d’un panneau où la tôle est repliée sur elle-même et donc trop épaisse pour être replacée, et que le métal soit tordu sur une longue surface, avec un renfort interne qui empêche l’opération. 
  • Dans tous les cas, le technicien évalue si la réparation est possible, et ce jusqu’à quel point. « Parfois, des gens préfèrent le débosselage sans peinture, même s’il leur faut faire une petite retouche de peinture eux-mêmes, afin de conserver la peinture d’origine », poursuit Marco Lafrenière.

Spécialement pour la grêle

  • Une tempête de grêle peut abîmer la carrosserie d’un véhicule à des centaines d’endroit, parfois plus de 500, et couvrir une vaste région géographique. 
  • C’est particulièrement lors de cette situation que le DSP a fait ses preuves, puisqu’il permet de traiter des centaines d’autos plus rapidement qu’avec les techniques conventionnelles. 
  • En ce moment, quelques Québécois seraient d’ailleurs en Australie pour y travailler intensément le débosselage sans peinture. 
  • La teinte de peinture la plus difficile à réparer demeure le noir, selon Marco Lafrenière, puisque tout défaut est immédiatement apparent. 
  • En général, les véhicules de luxe exigent davantage d’attention, de même que certains asiatiques. 
  • Et si la plupart des gens recourent aux services d’experts en débosselage sans peinture simplement pour le plaisir d’avoir un véhicule sans défaut, plusieurs le font avant que la location à long terme de celui-ci ne soit terminée, afin de s’éviter des frais supplémentaires. 
  • Quelques dizaines de techniciens québécois pratiquent maintenant le débosselage sans peinture, arrivé ici au début des années 1990. Vous pouvez facilement les repérer avec une simple recherche sur Internet. Le DSP est-il pour vous ?

par Frédéric Laporte

AutoDoum Repentigny
Un concept unique en matière d’entretien et d’esthétique automobile au Québec!

Lave-Auto | LubXpress | VitrXpert | Antirouille Krown | Esthétique Auto | Centre de Pneus

Leave a Reply